14 juin : Marcus Miller, l’éternel jeune homme…

Marcus Miller, lauréat du Grammy Award pour le meilleur album de jazz en 2001, est né à Brooklyn en 1959 et a grandi à Jamaica, dans l’état de New York. Il vient d’une famille de musiciens et a été influencé, très jeune, par son père qui jouait de l’orgue et dirigeait le choeur dans une église. Sans oublier un cousin lointain, le fantastique pianiste Wynton Kelly qui a joué avec Miles Davis dans les années 50 et au début des années 60.

Attiré par tous les styles de musique, à l’âge de 13 ans, il jouait de la clarinette, du piano, de la basse électrique et commençait à composer. La basse électrique restait tout de même son instrument de prédilection et, à l’âge de 15 ans, il travaillait régulièrement New York dans différents groupes.

Peu de temps après, il jouait de la basse et composait pour le flutiste Bobbi Humphrey et le clavieriste Lonnie Liston Smith.

Sideman et bassiste

Miller passa les années suivantes comme musicien de studio très demandé à New York. Il a travaillé en particulier avec Aretha Franklin, Roberta Flack, Grover Washington Jr., Bob James, David Sanborn, …

Il apparait comme bassiste dans plus de 400 enregistrements dont des albums avec des artistes aussi différents que Joe Sample, McCoy Tyner, Mariah Carey, Bill Withers, Elton John, Bryan Ferry, Frank Sinatra et LL Cool J.

En 1981, à l’âge de 22 ans, il rejoins le groupe de son idole d’adolescent, Miles Davis et passa 2 ans en tournée avec la légende. Marcus Miller se souvient :

« Il ne supportait pas la médiocrité et cela m’a aidé à développer mon propre style. Il m’a appris à ne jamais me mentir sur ce que je fais et ce que je suis. C’est une leçon que je continue à a appliquer 40 ans plus tard. If you follow that, you won’t have problems.”

Producteur et bassiste

Miller s’est ensuite tourné vers la production et sa première production notable a été pour le projet Voyeur de David Sanborn qui a remporté un Grammy et marqua le début d’une longue collaboration avec le saxophoniste. Miller a ensuite travaillé avec succès sur plusieurs albums de David Sanborn dont Close Up, Upfront et, en 2000, l’album Inside qui a également remporté un Grammy en 2000.

Pendant plus de 20 ans, Miller a également collaboré avec bonheur avec la légende du R&B, Luther Vandross. Marcus Miller raconte :

“Nous nous sommes rencontrés en 1979 dans l’orchestre de Roberta Flack et nous nous sommes très vite entendus parce que nous prenions, tous les deux, la musique au sérieux”.

Pedant cette période, Marcus Miller a abondamment contribué à l’immense répertoire de Vandross aussi bien comme compositeur que comme producteur. Parmi ces titres, on retrouve “Till My Baby Comes Home”, “It’s Over Now”, “Any Love”, “I m Only Human” et “The Power of Love” qui a remporté le Grammy de la chanson R&B de l’année 1991.

En 1986, Miller débuta une nouvelle collaboration avec Miles Davis, en produisant 3 albums dont le premier est le fameux Tutu.

Il a également produit des albums pour Al Jarreau, the Crusaders, Wayne Shorter, Take 6, Chaka Khan et Kenny Garrett.

Showman et bassiste

Après avoir passé de nombreuses années à accompagner et à produire les projets des autres, Marcus Miller décida de se concentrer sur sa carrière solo et publia son premier album The Sun Don’t Lie en 1993.

Tales, sorti en 1995, redessinne le paysage de la musique noire et de son évolution au cours des 30 dernières années.

Après des années de tournées et pour satisfaire ses fans, Miller publia son album live en 1997 sous le nom de « Live & More ».

M2 (”M carré”), sa première publication du XXIème siècle remporta le Grammy Award du meilleur album de jazz contemporain en 2001 et fut sélectionné par Jazziz comme un des 10 meilleurs CD de l’année.

Le label 3 Deuces Records a publié les Ozell Tapes : un enregistrement pirate sur un double CD. Les Ozell Tapes sont la compilation des meilleurs enregistrements de Marcus Miller en concert. C’est du funk brut, pur et pur comme seul Marcus peut le faire.

Et le cinéma…

Ces dernières années, Marcus Miller s’est également tourné vers la musique de film. Il a composé la bande originale de House Party (de Reginald Hudlin avec Martin Lawrence, sorti en 1990), Boomerang (de Reginald Hudlin avec Eddie Murphy et Halle Berry en 1992), Siesta (de Mary Lambert avec Ellen Barkin en 1987), The Ladies’ Man (de Reginald Hurdlin avec Tim Meadows en 2000), The Brothers (de Gary Hardwick avec Morris Chestnut et D.L. Hughley en 2001) et Deliver Us From Eva (de Gary Hardwick avec LL Cool J en 2003).

Il a également composé et produit le titre “Da Butt” pour la bande originale du film School Daze de Spike Lee sorti en 1988.

Miller a également surpris tout le monde en composant et en interprétant la partition du dessin animé The Trumpet of the Swan de E.B. White.

“J’ai adoré l’idée d’utiliser le jazz pour raconter une histoire à des gamins. Les enfants sont beaucoup plus disponibles que les adultes pour apprécier cette musique. Vous n’avez pas besoin de vous mettre à leur niveau, ils savent écouter toutes les musiques.”

Qu’il fasse de la musique pour les enfants ou pour ses fans traditionnels, la sincérité est le moteur de Marcus Miller :

“J’aime travailler sur l’équilibre entre mes influences en combinant R&B, jazz, funk et cinéma pour tenter de refléter l’image de notre monde. Mon seul objectif est de conserver ma motivation pour continuer à progresser et à évoluer ».

A lire, à écouter, à voir…